ECONOMIE GENERALE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ECONOMIE GENERALE

Message par RAMI20002000 le Ven 26 Nov - 17:04

Sommaire

Introduction générale à l'économie
Les opérations économiques
Les différents types d'économie et les conditions d'équilibre
Le circuit économique de base
Les principes articulateurs macroéconomiques: flux monétaires et flux réels
Le mécanisme de l'économie de marché
Délimitation du champ de l'économie
Evaluation de la production nationale
La consommation
L'épargne
L'investissement
Marchés et prix
La demande au niveau macroéconomique
L'offre au niveau macroéconomique
Les liaisons entres échanges intérieurs et extérieurs


















Introduction générale à l'économie
1- Objectif de l'économie politique:
Nous sommes tous impliqués dans la vie économique:
 En tant que consommateurs, nous engendrons une demande.
 En tant qu'épargnants, nous permettons la formation d'investissements.
 Pour que nous puisons être consommateurs et épargnants nous devons disposer de revenus qui à leur tour peuvent être reversés que s'il y'a une activité productrice.
 L'économie politique cherche à savoir comment les ressources productives sont affectés à la production de bien et services qui satisfont au mieux les besoins présents et futurs individuels et collectifs.
2- Les objectifs de la politique économique:
Les objectifs de la politique économique sont les suivants:
 Plein emploi meilleurs stabilité des prix.
 Réduction équitable des revenus et des richesses.
Remarque:
 En ce qui concerne les deux premiers objectifs on constate dans de nombreux pays un chômage assez élevé avec une hausse des prix, parfois ces deux objectifs s'exclus mutuellement.
 En ce qui concerne l'objectif de réduction équitable des revenus, la technique utilisée pour réduire les inégalités des revenus et de richesse, sont celle de l'impôt progressif, le taux d'imposition s'accroissant progressivement avec le revenu.
3- La problématique de l'économie politique:
La problématique de l'économie politique résultes de deux constatations simples:
 Premièrement: les ressources productives sont rares.
 Deuxièmement: les besoins de l'homme sont nombreux.
Ces deux constatations conduisent automatiquement à un choix des besoins à satisfaire.
Le critère obtenu pour arbitrer ce choix est le suivant:
 75 meilleures satisfactions possibles avec les ressources disponibles. Or cette satisfaction des besoins exige également une réconciliation.
 Renoncer à satisfaire certains besoins implique un coût que l'économiste appelle le coût d'opportunité.
4- Exemple des coûts d'opportunité:
 Si un étudiant voulait s'acheter une caméra et une encyclopédie et si la caméra est choisie, son coût d'opportunité entraîne donc un coût de renonciation à l'achat de l'encyclopédie.
 La consommation d'un ensemble de biens peut-être réduite pour faire face à l'épargne qui permet d'augmenter la consommation future et le coût d'opportunité de l'épargne est donnée par la renonciation à la consommation.
Pour un individu trois données interviennent pour établir ses choix.
 Son revenu (salaire)
 Le prix de biens
 Ses goûts et ses préférences.
Compte tenu de ces données, l'individu établit son choix entre plusieurs biens et décide de leur consommation future ou immédiate.
5- Résumé:
Presque toutes les ressources productives sont rares, ce qui signifie que l'humanité ne peut pas satisfaire les besoins comme elle le souhaiterait. Pour cette raison, les choix doivent être faits parmi des possibilités limitées car l'accroissement de la consommation d'un bien implique forcément une diminution de la consommation d'un autre bien. L'économie politique étudie les différentes options qui sont imposées par ce problème de ressources limitées à des entreprises et ménages et examine le processus de décision à disposition de ces groupes qui est a la base de ce choix.
6- Définitions des termes utilisés en économie:
 Activité économique: c'est l'ensemble des efforts entrepris par les hommes pour satisfaire leurs besoins, dans un environnement précis relativement pauvre et mal adapté.
 Besoin économique: est un besoin économique toute sensation d'insatisfaction qui ne peut-être effacée qu'au prix d'une activité d'un travail. Exp: besoin d'alimentation, nous devons en principe travailler pour obtenir les biens susceptibles de le satisfaire.
La notion de besoin économique est différente de la notion de besoin général comme le besoin économique est caractérisé par une certaine relativité dans le temps et dans l'espace.
 La relativité dans le temps des besoins: les besoins évoluent:
• En fonction du degré de développement économique de la société.
• En fonction des goûts des individus.
• En fonction des possibilités technologiques nouvelles
 La relativité dans l'espace des besoins: les besoins peuvent varier d'un sujet a un autre en fonction des croyances, de la culture, de l'appartenance professionnelle ou sociale…
• Biens: un bien est tout objet matériel ou immatériel et utile à satisfaire directement ou indirectement un tel besoin.
- Les biens naturels et produits: - naturels: sources de matière première, sites pittoresques, forêts, lacs… - produits par l'homme: biens industriels, biens agricole…. Les biens matériels et immatériels: - immatériel: services, consultations chez médecin, poste de télévision. Les biens et services de consommations finale et les biens de production: - les biens et services de consommation finale satisferont directement les besoins des consommateurs (pain, lait) – les biens de production encore appelés biens indirects, biens d'équipements, biens d'investissement aident à fabriquer des biens de consommation. Les biens finales: - les biens finales de consommation seront utilisés en tant que tel, lors des actes de consommation – les biens de productions infrastructure. Machine, outillage… se trouveront utilisés dans le cadre d'autre processus de production, ainsi, les biens de consommation et les biens de production sont des biens finals l'un de consommation (briquet) l'autre d'investissement (tracteur).
- Les biens intermédiaires: ils sont la totalités des produits bruts dont la transformation ou la combinaison donnerons lieu à un produit final de consommation ou d'investissement.
• Bien économique: est donc un bien rare. Il s'oppose à un bien libre tel que l'air et l'eau
7- Production, consommation:
 La production:
• L'acte de production est un acte positif créateur. Il consiste à mettre en œuvre un certain Nbre de moyens en vue d'obtenir des biens économiques.
• L'acte de production ne des biens économiques consommables et des biens de production (outils, machines…) qui serviront à rendre plus rapide la fabrication d'autres biens.
• L'acte de production comprend les opérations de transport des ressources économiques (brut et semi-finis)
En ce qui concerne la production de service purement immatériel (consultation chez un médecin ou un avocat) un seul facteur entre en jeu, le travail.
• Schéma de la combinaison des facteurs et de l'acte de production:




 La consommation:
• L'acte de consommation est un acte négatif destructeur.
- La consommer: consumer, brûler, détruire. La consommation est le négatif de la production.
- Définition de la consommation finale: c'est l'utilisation d'un bien économique en vue de la satisfaction d'un bien humain. La consommation justifie la production.
• Schéma de l'acte de consommation:

L'activité économique est une boucle. Les besoins humains de consommation la justifient. Il en résulte des actes de production, dont les produits seront détruits par les actes de consommation.
La boucle est ainsi fermée. Le niveau de consommation dépend du niveau de la production réalisable. La production doit être adaptée en quantité et en qualité à la consommation.
8- Macroéconomie et microéconomie:
 La macroéconomie est une branche de la science économique qui étudie seulement les grandeurs et les variables agrégée telles que le niveau de la production, celui de la consommation, de l'investissement, de l'épargne du niveau général des prix. Elle ignore de ce fait les comportements individuels.
 La microéconomie est également une branche de la science économique qui étudie les comportements individuels des agents économiques tels que celui du consommateur et celui du producteur.
9- Les acteurs ou agents économiques:
Dans une économie nationale, les acteurs ou agents économiques sont très nombreux. Ce sont des individus, des groupes d'individus ou des organismes qui constituent du point de vue économique des centres de décisions et d'actions économiques. En macroéconomie, il est habituel de les regrouper en 5 grandes catégories:
 Les entreprises: elles ont pour fonction économique principales la production de biens et service destinés à la vente.
 Les ménages: ce sont des personnes qui participent à l'activité économique d'un pays donné en percevant des résultats qu'elles utilisent en opération de consommation. Les ménages offrent aux entreprises des facteurs de production (le travail et le capital) moyennant un revenu qu'ils leurs permet de consommer.
 Les administrations publiques: elles participent à la vis économiques en fournissant certains services qui ne font pas l'objet d'un échange ni d'un prix.
 Les institutions financières: regroupent les banques, les sociétés d'assurances et autre organismes financières. Elles ont pour fonctions principales de collecter des fonds auprès des ménages et d'octroyer des crédits aux investisseurs.
 L'extérieur: regroupe l'ensemble des agents résidents à l'étranger et ayant des relations avec l'économie national (au niveau notamment de l'import et de l'export).
10- Quelques concepts économiques:
 Marché: lieu réel ou théorique de rencontre d'offreurs et de demandeur de biens et de services.
• Marché des biens de consommation concerne les dépenses effectuée par les agents pour leur consommation finale.
• Marché des biens de production concerne les dépenses d'investissement des entreprises et des administration.
 Investissement: il concerne tout opération pour laquelle un agent économique maintient ou augmente sa capacité de production. Il comprend la formation brute du capital fixe et l'augmentation des stocks. La formation brut du capital fixe concerne les additions en biens d'équipements (constructions, installations, machines…) apportées en cours d'années au patrimoine d'un agent économique.
Les 10 principes de l'économie:
Ils reposent sur trois dimensions:
A- Comment les gens prennent leurs décisions:
Principe 1: les gens doivent faire des choix: prenons l'exemple d'une étudiante, elle dispose de 70 heurs d'études / semaine. Elle peut les consacrer en totalité à l'économie ou en totalité à la psychologie ou bien partager son temps entre les deux disciplines. Donc, pour chaque heure consacré à faire de l'économie elle à du renoncer à une de l'autre on est amener à faire des choix donc prendre une décisions, c'est-à-dire être capable de comparer des coûts et des bénéfices des divers options possibles.
Principe 2: le coût d'un bien est ce qu'on est prêt a renoncer pour l'obtenir: exp: quand on consacre une année à suivre des cours à lire des manuels et rédiger des mémoires, c'est autant de temps que l'on passe hors de la vie active professionnelle. Pour une majorité d'étudiants, le principal facteur de coût de l'éducation universitaire. C'est la somme des salaires auxquels il a fallu renoncer. Le coût d'opportunité d'un bien, c'est ce à quoi on renonce pour obtenir le bien désiré.
Principe 3: les gens rationnels pensent en termes marginaux.
Principe 4: les gens réagissent aux incitations.
B- Comment les gens interagissent:
Principe 5: l'échange enrichit tout le monde: il ne peut y avoir d'économie sans échange. L'échange permet à chacun de se spécialiser dans des activités qu'il fait le mieux. L'échange international autorise les divers pays à se spécialiser dans leurs domaines d'excellence et à bénéficier d'une plus grande variété de biens et services.
Principes 6: en général le marché constitue une façon efficace d'organiser l'activité économique: C'est le marché lieu de rencontre d'individus d'entreprises et de ménages ou les prix et l'intérêt individuel guident les décisions à prendre.
Principe 7: le gouvernement peut parfois améliorer les résultats du marché: les marché n'allouent pas dans certaines circonstances les ressources de manière efficace. On dit alors que: la main visible ainsi est en panne. On utilise alors le terme de défaillance de marché. Une externalité est une cause possible de défaillance du monde intérieure (impact sur le bien être d'autrui des actions entreprises par un individu.
C- Comment fonctionne l'économie dans son ensemble:
Principe 8: le niveau de vie d'une Nation dépend de sa capacité à produire des biens et services: on évoque au plan mondial les différences de niveau de vie:
En 1993 revenu moyen 21.000 France
revenu moyen 7.000 Mexique
revenu moyen 1.500 Nigeria
Ces chiffres cadrent aussi une réalité. Chômage, les exclus, les catégories sociales…. L'explication dit on se trouve dans les différents productivités des pays. Rapport entre les quantités de biens et services produit / heure de travail.
Principe 9: les prix montent quand le gouvernement imprime de la monnaie: situation dite inflation qui provient de la quantité croissante de monnaie en circulation.
Principe 10: à court terme la société doit choisir entre l'inflation et le chômage: réduire le taux d'inflation a augmenter le chômage: il y'a cependant des moyens entre recette et inflation:
 Modifier les dépenses gouvernementales.
 Modifier le niveau de la monnaie en circulation.
 Modifier les impôts.
Le budget de l'Etat:
1- Définition:
Le budget de l'Etat est une loi de finances votée par le parlement, qui prévoit et autorises les dépenses de l'Etat et les moyens de les financer. Le budget est préparé par le gouvernement: c'est un acte politique.
2- Composition – élaboration:
 Composition: recettes (impôts et taxes) dépenses (allocations, subventions).
 Elaboration:
• Evaluation des besoins par ministère.
• Préparation de budget.
• Discussion et vote.
3- Dépenses:
Directes: effets sur la consommation (augmentation de la demande, risque d'inflation, risque de déséquilibre extérieur) effets sur la production (stimuler la production, augmentation des investissements).
Indirectes: effets multiplicateur (boucle de neige)
4- Recettes:
Rôle:
Ménages Entreprises
Augmentation fiscalité Diminution pouvoir d'achat.
Diminution de la demande.
Diminution de la consommation Diminution de production.
Diminution de l'activité.
Diminution fiscalité Augmentation pouvoir d'achat
augmentation consommation
augmentation d'épargne. Augmentation de la production et de compétitivité.

Forme:
Impôts directs:impôt payé par une même personne et ne pouvant pas être répercuté sur le prix d'un produit ou d'un service: impôts sur le revenu des ménages (salaires, pensions, rentes), sur les sociétés (1/3 du bénéfice), sur le patrimoine (droit de successions, impôts sur la fortune).
Impôts indirects: impôts répercuté sur le prix de vente d'un produit ou d'un service: TVA, taxe intérieure sur les produits pétroliers, taxe sur tabac et alcool.

Les opérations économiques
Les faits économiques élémentaires peuvent être regroupés en trois catégories:
1- Les opérations sur biens et services:
Il convient d'examiner la notion de biens et services avant d'étudier les opérations qui relèvent de cette catégorie.
a- Les biens économies:
Un bien économique est un moyen disponible existant en quantité relativement limitée,permettant de satisfaire un besoin individuel ou collectif; trois conditions caractérisent par conséquent un bien économique:
 L'existence d'un besoin humain.
 La disponibilité du bien.
 La rareté des biens disponibles.
b- Classification des biens économiques:
On distingue, en premier lieu, les biens proprement dits et les services ou biens immatériels. Les biens matériels se décomposent en biens directs et biens indirects:
 Biens directs ou de consommation finale, se sont des biens qui peuvent satisfaire directement les besoins des agents économiques, par usure ou par destruction. (biens non durables et tangibles et biens durables).
 Biens indirects ou bien de production, il se répartissent en:
• Biens de consommation intermédiaire.
• Biens d'équipement, se sont des biens durables pouvant être utilisés plusieurs fois à la fabrication d'autres biens).
 Les services, se sont les produits des activités relevant du secteur tertiaire.
Nature des opérations sur biens et services:
L'activité économique est caractérisée par deux fonctions essentielles: la production et la consommation, il apparaît cependant entre ces deux grandes fonctions une transaction intermédiaire qu'on appelle la distribution.
La production qui émet un flux de bien est également génératrice d'un flux de revenus, représentant le contrepartie de la participation de l'effort des agents économiques. De cette relation entre la production et la consommation vont maître trois grandes fonctions articulées autours de:
 La distribution, flux entre la production et la consommation.
 La répartition, flux de revenus.
 Les finances, émission, collecte et redistribution des instruments monétaires.
La production: est destinée ainsi, à la consommation finale, aux investissements et à la formation des stocks. En intégrant l'agent extérieur (les importations et les exportations) elle s'écrit alors:
Production + consommation = consommation finale + investissement + formation de stock
2- Les opérations de répartition:
Ces opérations concernent:
 La distribution des revenus alloués aux agents économiques qui ont participé à des opérations de production et d'administrations (salaires, profits, traitement, intérêt…)
 Les prélèvements d'impôts et de cotisations sociales.
 Les transferts représentant des versements effectués par l'Etat et les administrations à d'autres agents dans un but économique et sociale (subventions, prestations sociales…)

3- Les opérations financières:
Elles concernent:
 L'émission par les systèmes bancaires de monnaie sous différents formes (billets de banques)
 La mise à disposition des agents économiques offreurs de capitaux monétaires, d'instruments de placement émise par l'Etat, les collectivités locales et les entreprises; ces instruments comprennent des titres à CT (bourses des obligations et des actions).
 La redistribution des capitaux en dépôt auprès du système bancaire, sous forme de crédits à CMLT aux agents économiques L'or et les devises étrangères résultant des relations économiques avec l'extérieur sont considérés comme des opérations financières.
































Les différents types d'économie et les conditions d'équilibre:
1- Les types d'économie:
 L'économie stationnaire:
L'économie stationnaire se définit comme étant une économie qui consomme ce qu'elle produit. L'équilibre entre la production (Y) et la consommation (C) est alors sur le marché. Il n'y a donc pas d'épargne.
Ce type d'économie a existe autrefois dans les siècles passés mais aujourd'hui on rencontre encore ce type d'économie dans certaines tribus des pays du tiers-monde où la production est essentiellement agricole est entièrement consommée et en subvient qu'aux besoins du pays.
La condition d'équilibre:
La condition d'équilibre d'une économie stationnaire est formalisée par l'égalité suivante: , Y désigne la valeur des biens produits et mis à la disposition des consommateurs ainsi que les revenus versés par les producteurs aux consommateur grâce auxquels ils peuvent acquérir ces biens. C désigne donc les dépenses de consommation.
 L'économie dynamique:
L'économie dynamique se définit comme étant une économie où les revenus ne sont pas entièrement dépensés. Il y'a donc possibilité pour la formation d'une épargne.

Grâce à la fonction d'épargne l'économie devient dynamique. Nous introduisons dans le circuit économique une valeur intermédiaire entre consommation et production appelée formation de capital.
L'investissement signifie l'immobilisation des capitaux de production dans un processus productif, donc il faut soustraire une partie du revenu des capitaux de production pour en éviter la consommation, la formation de capitaux possible d'investissement.
L'aspect financier de l'investissement:
L'aspect financier est perceptible par deux voies qui acheminent l'épargne vers l'investissement:
 Par l'intermédiaire des banques qui accordent des crédits à des investissements après récolté l'épargne formée dans le public.
 Par le mécanisme des fonctions de titres, l'investisseur s'adresse directement aux épargnants. Il existe deux formes de titres, l'un est l'obligation qui peut être considérée comme une reconnaissance de dette de l'investisseur qui rémunère les fonds prêtés à taux d'intérêt fixe. L'autre est l'action qui est un papier valeur par lequel l'investisseur confère un droit à la co-propriété de son entreprise à l'épargnant, ce droit est assorti d'un revenu variable suivants le marché des affaires.
L'idée de rendre les titres négociables à permis de concilier les intérêts des épargnants et des investisseurs. Le marché de ces valeurs est la bourse. Dés que l'entreprise, l'épargnant et l'investisseur se rejoignent)
L'aspect physique de l'investissement:
C'est perceptible à travers la distinction qui se fait dans la notion de calcul:
 Le capital technique fixe qui est utilisé dans différentes productions successives (machines…)
 Le capital technique circulant qui utilisé dans une seule production (semences et matière 1er)
Le concept d'investissement peut-être dynamique. L'immatériel (investissement au sein d'une équipe de chercheurs).
La terre est un capital fixe particulier dans des opérations de production successives. Mais être amortie, puisque sa fertilité se reconstitue.
Les conditions d'équilibre:
Les condition d'équilibre d'une économie dynamique fermée peuvent être formalisée comme suit:

La valeur finale = Affectation de la revenue = Utilisation de la production
Sortie de production = De la sortie de consommation = Entrée de production
Offre globale = demande globale
Puisque
L'introduction de l'Etat:
En posant , la demande globale regroupe les ménages privés et publics, les dépenses courantes de l'Etat se trouvent intégrées dans C et ses investissements dans I, il est possible de faire apparaître explicitement le secteur public en élargissant le circuit.

Dans ce schéma les dépenses de l'Etat portent le sigle (G). Ces dépenses englobent aussi les dépenses courantes (crayons des fonctionnaires) que les investissements publics (écoles, hôpitaux…)
Les recettes fiscales portent le signe (T) (taxe) et ne concernent que les impôts directs payés par le secteur des ménages privés.
La condition d'équilibre d'une économie formée où l'Etat est pris en compte d'une manière explicite ce formalise comme suit:

Offre globale = demande globale
Comme les sorties de la consommation privés (affectation du revenu) sont par définitions égale aux sorties du secteur de la production (utilisation du revenu), l'égalité suivante est observée:

Utilisation du revenu = Affectation de la revenue
Cette égalité donne lieu à la condition d'équilibre suivante

Où représente le budget de l'Etat qui est équilibré lorsque
Dans le cas d'un déséquilibre entre les investissements privés et l'épargne, l'Etat compense ce déséquilibre par un déséquilibre budgétaire.
le budget de l'Etat est excédentaire.
le budget de l'Etat est déficitaire.
Ces relations montrent l'importance des variations des dépenses et des recettes fiscales pour établir l'équilibre macroéconomique.
 L'économie ouverte:
Les relations avec l'étranger ne concernent dans la présentation simplifiée suivante du circuit économique, que les importations (M) et les exportations (X) de biens et services.
En terme réels, les importations représentant une entré dans la production et dans la consommation. En terme monétaire, les importations sont une sortie pour le pays (achat à l'étranger) et les exportations représentent une entrée (vente à l'étranger).

La condition d'équilibre:
La prise en compte du commerce extérieur modifie la condition d'équilibre macroéconomique comme suit:
Offre nationale + offre étrangère = demande nationale + demande étrangère

Utilisation du revenu = Affectation de la revenue
Cette égalité définit la condition d'équilibre l'économie ouverte

Ce qui fait apparaître le solde de la balance commerciale
Un déséquilibre entre l'équilibre l'épargne et l'investissement peut être compensé par un déséquilibre de la balance commerciale sans que l'équilibre global soit perturbé si:
la balance commerciale est déficitaire.
la balance commerciale est excédentaire.
Si la lettre A désigne la part de la production nationale qui est absorbée à l'intérieur du pays sous forme de biens de consommation et d'investissement. Par conséquent la définition de l'absorption intérieure du pays est la suivante:
Si la lettre B désigne un solde de la balance commerciale:
Alors, la condition d'équilibre permet l'égalité suivante:

2- La politique économique:
Définition: ensemble de décisions cohérentes prises par les pouvoir publics, visant à l'aide de divers instruments, à réguler l'économie d'un pays.
Objectifs:
 Croissance
 Plein emploi
 Stabilité des prix
 Equilibre extérieur
Lutte contre l'inflation:
 Politique budgétaire: baisse des dépenses de l'Etat ou augmentation de pression fiscale  moins de redistribution  moins de revenus  moins de demandes  moins d'inflation.
 Politique de maîtrise des prix: contrôle ou blocage des prix, frein aux tarifs des services publics.
 Politique des revenus: limiter la progression des salaires, assurer meilleure répartition de la richesse crées.
 Politique monétaire: contrôle de la quantité de monnaie en circulation par les taux d'intérêts et par les taux de change.
Lutte contre le chômage:
 Traitement économique:
• Politique de relance de la croissance (Keynes)
- Redistribution de revenus.
- Baisse du taux d'intérêt.
- Exonérations fiscales, aides divers aux entreprises (création d'emplois, exportation…)
• Politique d'emploi
- Encourager la création des postes.
- Améliorer la compétitivité des entreprises.
- Eviter les licenciements.
- Encourager la formation.
- Réguler le marché du travail.
 Traitement social:
• Indemniser le chômage.
• Réduire la population active.
















Le circuit économique de base
Le schéma de l'économie national (marché des biens et services)
Le circuit économique:
C'est un schéma représentant l'ensemble des phases de l'activités économique qui forment un mouvement continu et répété. Ils représentent les différents flux et les relations qui s'établissent entre eux.
1- Notion de flux:
L'analyse économique désigne par flux les biens, la monnaie ou plus généralement toute en faisant l'objet d'un déplacement au cours d'une certaine période d'un groupe économique à un autre. Deux types de flux peuvent être distingués.
 Les flux matériels: qui représentent tous les biens produits par les entreprises et acquis par les ménages et autres institutions.
 Les flux monétaires: tels que le paiement d'intérêt, de salaires, octroi de crédits, transferts sociaux …, ce sont les flux essentiels.
2- Le circuit économique simplifié:
Une économie à deux agents: entreprises et ménages.
Hypothèse:
 Les ménages consomment tout leur revenu.
 Les entreprises exercent sous forme de revenus la totalité de leur production.

Le circuit des échanges peut être appréhendé sous deux optiques différentes:
 L'optique production ou produit ne prend en considération que les flux réels. Production (offre de biens et services) = valeur des facteurs (offre de facteurs).
 L'optique revenu ne prend en considération que les flux monétaires.
3- Circuit économique complet:
Remarque: tout circuit économique est nécessairement équilibré, mais il faudra toutefois noter que cet équilibre est une notion idéale. Aussi l'objet de l'analyse macroéconomique est celui de décrire les symptômes des dérèglements des systèmes économiques et d'analyser ces dérèglements pour en prévoir les remèdes et rétablir l'équilibre.





Les principes articulateurs macroéconomiques: flux monétaires et flux réels
Equilibre, déséquilibre entre les flux réels et les flux monétaires:
L'équilibre économique est considéré comme une situation idéale vers laquelle toute économie tente des s'approché le plus possible sans toutefois y parvenir parfaitement et si elle y parviendrai ce serait à un moment donnée du temps. Pour atteindre l'équilibre économique il faudrait qu'il y ait l'égalité suivante: Flux monétaires = Flux réels
Le déséquilibre économique est considéré comme une situation réelle plus fréquente dans laquelle toute économie concernée tente de se rapprocher le plus possible de l'équilibre. Il existe deux cas possibles de déséquilibre:
1° cas: dans le cas ou le déséquilibre est expliqué par Flux monétaires > Flux réels
Ce cas de déséquilibre exprime que la masse monétaire qui circule dans toute économie est plus importante que la masse de produits.
Masse monétaire > Masse des produit
Cela s'explique aussi par le fait que des services ont été distribués et des profits gagnés sans contre partie d'une production réelle de bien et de service. Ce déséquilibre du à une masse de monnaie plus importante que la masse de produits est appelé inflation monétaire se manifeste par une hausse générale des prix. Les économies du trier monde subissent des inflations monétaires parce que le volume de la production de biens et de services est faible masse que la masse de monnaie qui circule est plus importante. C'est le cas de l'économie Algérienne ou le taux d'inflation monétaire est grimpant. Officiellement, il est à 3994 mais en réalité il est plus élevé.
Pou faire baisser le taux d'inflation monétaire donc faire baisser le niveau général des prix, deux actions doivent être lancés en même temps par les services concernés:
 Faire baisser la masse monétaire en circulation en ne distribuant des salaires et des profits que s'il y'a contrepartie une production de bien et de services.
 Augmenter la production et la productivité de biens et de services en valorisant le travail productif.
2° cas: dans le cas ou le déséquilibre est expliqué par Flux monétaires < Flux réels
Ce cas de déséquilibre exprime que la masse monétaire qui circule dans toute l'économie est moins importante que la masse de produits (fait que le volume des salaires distribués et des profits réalisés est au volume de biens et de service produits).
Ce déséquilibre dû à une masse de produits plus importants que la masse de monnaie est appelé suc production. Pour éliminer le surplus de production des mesures sont prises par les entreprises:
 Exporter le surplus à condition d'avoir des débouchés et des marchés.
 Détruire le surplus de production s'il n'y pas de débouchés et de marchés solvables.
La destruction de tonnes de produits propres à la consommation peut scandaliser les consciences lorsque des millions d'êtres humains sont sous alimentés et meurent de faim en Afrique, en Asie …
Malheureusement l'économie ne prend en considération dans ses statistiques que la demande solvable et ne tient pas du tout compte des besoins vitaux de ces millions d'êtres humains menacés par la famine.
Si le surplus de production n'est pas supprimé dans l'économie en question, les conséquences à MLT seraient les suivants:
 Baisse du niveau général des prix.
 Baisse des profits.
 Baisse des investissements.
 Ralentissement de la croissance économique.
 Baisse de la création d'emplois et chômage.
 Crise sociale et récession avec menace de la paix sociale.
Les économies industrialisées connaissent des crises de surproduction parce que la production de biens et de services est importante tandis que la masse de monnaie en circulation qui correspond à des pouvoirs d'achats est plus faible.
Si les flux réels sont formés par des quantités physiques de pouvoir d'achat. En macroéconomie, les flux monétaire ont chacun un flux réel en contrepartie.
Exemple de flux réel et de flux monétaire: le salaire qui est un flux monétaire versé par les entreprises aux ménages et sa contrepartie réelle dans l'apport de travail que les ménages fournissent aux entreprises (mesure en Nbre d'heures de travail).
Le mécanisme de l'économie de marché
1- Définition:
 Un marché: est un lieu de rencontre éventuellement abstrait de l'offre et de la demande, c'est-à-dire entre des vendeurs et des acheteurs en vue de déterminer un prix d'échange.
 Economie de marché: forme d'organisation économique dans laquelle l'offre et la demande résultent des initiatives individuelles et décentralisées des agents économiques.

 Marché des services: est un lieu de rencontre éventuellement abstrait de l'offre et de la demande de services, c'est-à-dire entre des vendeurs et des acheteurs en vue de déterminer un prix d'échange.
 Marché de travail: est un lieu de rencontre éventuellement abstrait de l'offre et de la demande, c'est-à-dire entre employeurs et des demandeurs d'emploi. Le prix d'échange est le salaire.
 Marché des capitaux: est un lieu de rencontre éventuellement abstrait de l'offre et de la demande de capitaux, en vue de déterminer un prix d'échange. Il englobe le marché financier (actions, obligations…), marché des échanges (devises…), marché monétaire (liquidités…)
2- Les principaux marchés:
O / D 1 Quelques 
1 Monopole bilatéral:
Renault Mégane, gendarmerie, puma, armé de l'aire. Monopsone contraire:
Appel offre dans bâtiment (Etat collectivités territoriales) Monopsone:
(acheteur position de force) fourniture bureau / A pour le S administrations, concours administratif
Quelques Monopole contraire:
Electricité industrielle, transport ferroviaire de voitures neuves. Oligopole bilatéral:
Marché des biens industriels, excavatrices, machines pressing, central achats. Oligopsone:
Fabricants coffrages, maçon + collectivités territoriales.
 Monopole:
Tabac, électricité. Oligopole:
Automobile, assurance. Concurrence:
Viennoiserie, pizzas, restauration.
3- Fixation des prix:
 Modèles théoriques d'équilibre de marché:
A- Concurrence pure et parfaite:

Prix = rapport de force entre offre et demande = prix d'équilibre.
B- Monopole: les prix est fixé par le vendeur

Le monopole absolu est rarement atteint à cause des produits de substitutions, ou ne dure peu de temps sauf les monopoles d'Etat.
 Fixation réelle des prix






























Délimitation du champ de l'économie
1- Définition:
Produire consiste à combiner les facteurs de production en vue de créer un bien ou un service propre à satisfaire les besoins individuels ou collectifs. Ainsi, la transformation d'un minerai en métal est un acte de production mais aussi la commercialisation d'un produit en fonction des diverses techniques de vente constitue un acte de production.
De ce fait la production peut se définir comme étant l'ensemble des opérations qui concourent à mettre des biens ou des services à la disposition du consommateur.
2- Les secteurs de production:
Les progrès des sciences et des techniques de production ont conduit:
 A l'accroissement des variétés des biens et services mis à la disposition du consommateur. Cette variété est encore accrue par la concurrence entre les entreprises.
 A une division extrême des efforts de production pour un même bien. Exp: la fabrication d'une automobile ou d'un poste de radio exige plusieurs centaines d'opération.
Il en résulte qu'on peut distinguer plusieurs secteurs dans l'activité de production.
La classification classique toute l'économie et aussi la population active en trois grands ensembles appelés secteurs:
• Secteur primaire: il inclut l'agriculture qui a pour l'objet l'exploitation du sol en vue d'obtenir des produits végétaux ou animaux dont les autres constituent les matières 1er de certaines industries (minerais, pétrole…) lesquels révèlent des industries extractives. Historiquement l'agriculture a été la première forme de production. Aujourd'hui la production agricole représente une part élevée du revenu national de la plupart des nations.
• Secteur secondaire: il regroupe tout ce qui a trait à l'industrie à l'exception des industrie extractives déjà rattachées au secteur primaire.
• Secteur tertiaire: il contient toutes les autres activités économiques qui à titre principal les activités commerciales et les activités de service. Cette division de l'économie et de la population active est proposée d'abord par:
Le travail: il représente l'activité rationnelle de l'homme dont le but de produire, transformer les richesses, concevoir la façon de la faire.
Le travail se présente sous forme manuelle, c'est le travail d'exécution de réalisation directe du processus de production.
Il y'a aussi le travail intellectuelle, c'est le travail de conception, de création, de prévision.
En économie, la distinction est faite entre le travail productif et le travail improductif.












Evaluation de la production nationale
La production nationale se définit comme l'ensemble des biens et des services utilisables produits par la nation. La production nationale est donc mesurée par la valeur des produits obtenus au cours d'une année. L'évaluation est faite au prix du marché.
L'agrégat qui mesure aujourd'hui la production nationale est le produit intérieur brut PIB, il remplace la production intérieure brut qui constituait le principal agrégat de l'ancien système de comptabilité nationale.
La PIB permet d'évaluer la valeur des biens et services issus de la production nationale au cours d'une période données (l'année). Le PIB se rattache étroitement à la notion de valeur ajoutée.
1- Définition de la valeur ajoutée:
La valeur ajoutée pour une entreprise pendant une période donnée c'est la différence entre la valeur des biens et services produits et la valeur des biens utilisés au cours du processus de production. La valeur ajoutée de l'économie peut se calculer:
Production totale – consommation intermédiaire = somme des valeurs ajoutées.
2- Définition de la consommation intermédiaire:
C'est la consommation de bien et service qui sont déduits ou transformés lors du processus de production pour être revendus sous une autre forme. La consommation intermédiaire se fait par les entreprises. Elle implique une augmentation de la production.
Fischer (économiste américain) puis reprise par C. Clark (économiste australien) en J. Fanastie (ingénier et économiste français). Selon ces économistes les secteurs sont classés en fonction de certains critères. Ainsi pour C. Clark le secteur 1 se caractérise par l'extraction et une faible productivité du travail, le secteur 2 par la transformation et une très forte productivité du travail. J. Fomatie introduit un troisième critère qui est l'intensité du progrès techniques, qui serait moyen dans le secteur, très importante dans le secteur 2, faible ou nul dans le secteur 3. la mécanisation rapide et poussée de l'agriculture et l'évènement de l'informatique a montré la faiblesse de ces classifications.
3- Divers facture de production:
Les facteurs de production sont les éléments économiques et techniques qui concourent à la production des biens et services. Les facteurs de production sont généralement classés dans 4 grandes catégories: le capital, le travail de l'homme, les facteurs naturels (terres agricoles, minerais, énergie) et autre facteurs (progrès techniques).
Le processus de production et ses résultats peut se présenter comme suit:

Le calcul de la valeur ajoutée permet de mesurer la contribution économique réelle des entreprises.
Le PIB nous permet d'évaluer la totalité de l'effort productif d'une nation pour cela il suffit d'additionner les efforts productifs de l'ensemble des agents économiques résidents (rattachés de manière durable à l'économie nationale) d'un pays. Que ceux-ci réalisent une production marchande ou non marchande. Cette somme s'appelle le produit intérieur brut.
Produit intérieur brut total = produit intérieur brut marchand + produit intérieur brut non marchand.
• Evaluation de la production non marchande:
La production de non marchande ne donne pas lieu à un prix de vente sur le marché comment, alors calculer sa valeur,. Si nous prenons le cas de l'institut national de commerce on mesure sa production par la valeur des services qu'il rend à partir des coûts de gestion (rémunérations, charges sociales …)
• Calcul du produit intérieur brut marchand:
La valeur de la production peut être calculée de trois manières différentes, il est élaboré à partir de valeur ajoutées des agents économiques résidents. A partir des emplois finales: c'est l'optique dépenses. A partir des revenus engendrés par la production c'est l'optique revenue.
Calcul du PIB des valeurs ajoutées:
PIB au prix du marché = valeur ajoutées des agents économiques + taxes sur les valeurs ajoutées + droits de douanes sur les produits importées
Remarque: l'agrégat production intérieur brut est égal à la valeur des seuls agents économiques entreprise et ménages avec le PIB de producteurs est élargie aux administrations publiques et privées et aux institutions financières.
Calcul du PIB à partir des emplois finals des biens et services:
PIB au prix du marché = consommation finale sur le territoire économique + investissement ou (formation brut du fixe + variation des stocks) + exportation - importation
Cette relation traduit l'égalité des ressources et emplois des biens et services.
Calcul du PIB à partir des revenus:
PIB = rémunération des salariés versées par les unités résidentes + excédents bruts d'exploitation + impôts liés à la production et à l'importation versées aux administrations publiques diminués des subventions exploitations
Notion de revenu national:
On distingue deux types de revenus: ceux résultant de la fourniture d'un travail et ceux provenant de la propriété (intérêt, loger…). Si nous prenons l'exemple des travailleurs frontaliers qui résident en Algérie et travaillant en Tunisie ou au Maroc pour des entreprises étrangères et investissement le cas de travaillants tunisien franchissant la frontière pour venir travailler pour des entreprises algériennes.

Salaires versés aux résidents = salaires versés par les unités résidentes + salaires reçus des unités du reste du monde – salaires versés aux unités du reste du monde
Revenu national:
C'est la somme des revenus perçus au cours d'une période données par les agents économiques. Ces revenus sont classés en deux grandes catégories:
 Les revenus issus des facteurs de production, travail (les revenus du travail):
- Salaires et traitements des bruts
- Cotisations sociales des employeurs
- Sociale
 Les revenus issus de la propriété et de l'activité de l'entreprise (intérêt…):
Salaires versés aux résidents = salaires versés par les unités résidentes + salaires reçus des unités du reste du monde – salaires versés aux unités du reste du monde

Exp:
Salaires versés par les unités résidentes = 764.271
Salaires reçus des unités du reste du monde = 1.586
Salaires versés aux unités du reste du monde = 2.7525
Salaires versés aux résidents ?
Un raisonnement identique peut être réalisé a propos des excédents d'exploitation qui font eux aussi appel aux notions: excédents versés par les unités résidentes, excédents reçus du reste du monde, excédents versés au reste du monde.
Peut être calculé de deux façons:
Revenu national brut = PIB – salaires excédents versés au reste du monde + salaires excédents reçus du reste du monde
Ou encore:
Salaires excédents versés au reste du monde + salaires excédents reçus du reste du monde + impôts liées à la production = RNB (au prix du marché)
Exemple:
Revenus Versés par les unités résidentes versés au reste du monde reçus par les unités résidentes
Total Au reste du monde Aux unités résidentes
Salaires 763.123
RB d'exploitation 503.978
impôts liées à la production 175.273 175.273 175.237
Total 25.272 28.673 1.442.383
Compléter le tableau.
RNB (1.442.383) = PIB – salaires excédents versés au reste du monde (25.272) + salaires excédents reçus du reste du monde (28.673)
Ou encore:
Salaires excédents versés au reste du monde (763.123) + salaires excédents reçus du reste du monde (503.978) + impôts liées à la production (175.237) = RNB (1.442.383)
RNB au coût des facteur: on remarque que les prix de vente ou le marché étaient TTC. Si nous déduisons les taxes, nous établissons alors le prix HT qui correspond au coût des facteurs.
On peut donc écrire que:
RNB au prix du marché - impôts liées à la production = 1.442.383 – 175.273 = 1.267.110
Toutes ces valeurs peuvent être calculer bruts ou nettes. Selon qu'elles comprennent ou non les amortissements.


L'utilisation des revenus: notion de dépenses nationales:
L'effort productif évalué dans le PIB a donné lieu à une première distribution des revenus aux agents qui participent à la production. Ensuite l'Etat est intervenu pour assurer des revenus aux personnes qui ne participent pas à la production ou pour réaliser une justice sociale. Il a prélevé des impôts des cotisations sur certaines catégories et a distribué des revenus à d'autres.
Que vont faire les divers agents des revenus ainsi perçus ?
Notion de dépenses nationales:
 L'utilisation des revenus: on sait que les agents économiques destinent leurs revenus en:
• Consommations finales pour les ménages et les administrations.
• Investissements ou formation brut de capital qui regroupe la formation brut de capital fixe (additions en bien d'équipement apportées au cours d'année au patrimoine d'un agent économique et remplacement des biens d'équipement usée) et les variations de stocks.
 Notion de dépenses nationales: nous appelons dépenses nationale brut la somme des consommations finales et de la formation brute de capital fixe.
Exemple:

Dépense nationale
Consommation finale 1.105 Revenu national 1.442
Formation brut de capital (dont la formation brute de capital fixe (337)  la variation des stocks 321 Solde des autres revenus - 16
Dépense nationale Dépense nationale 1.426





















La consommation
I. Définition de la consommation:
La quantité d'un bien est la quantité de ce bien qui par usure ou destruction permet de satisfaire directement les besoins des agents économiques intéressés sans concourir à l'accroissement de la production.
La consommation nationale est la somme de la consommation des ménages, des administrations et des institutions financières. Trois types décomposition sont retenus:
1- Décontraction fonctionnelle:
On regroupe les différents types de consommations en 7 fonctions qui sont:
 Alimentation.
 Habilement.
 Habitation.
 Hygiène et santé.
 Transport et télécommunication.
 Culture et loisirs.
 divers
2- Durée de vie et durabilité des biens:
Elle vise à séparer la consommation locale en 5 éléments:
 Biens durables importants (automobiles, TV, réfrigérateurs…)
 Autres biens durables (CD, livres, appareilles électriques …)
 Biens alimentaires.
 Autres biens tangibles (bien d'hygiène).
 Services (hôtels, cafés, restaurants …)
3- Consommation privée, consommation publique:
Cette 3ème décomposition possible de la consommation sépare les deux éléments en fonction d'un critère juridique:
 Consommation privée.
 Consommation publique
II. Propensions à consommer:
1- Définition:
On appelle propension moyenne à consommer le rapport de la consommation au revenu national.
Si nous raisonnons en terme d'accroissement:
C: l'accroissement entre t et t+1
Y: l'accroissement de revenus entre t et t+1
On appelle propension marginale à consommer le rapport à l'accroissement du revenu entre t et t+1
Il existe autant de propensions moyennes et marginales à consommer qu'il existe de notion de consommation sur le revenu
2- Les lois d'Engel:
Si on rapproche l'évolution des différents consommations a l'évolution de revenu national, on s'aperçoit que certaines consommation augmentent plus rapidement que le revenu national, certaines moins et d'autre au même rythme ce sont ces constatations qui sont à l'origine des lois d'Engel. Ces lois ont pour objet de classer les différents biens de consommations selon leur coefficient d'élasticité par rapport au revenu.
On appelle coefficient d'élasticité le rapport de la propension marginale à consommer à la propension moyenne à consommer.

La signification de l'élasticité est de nous indiquée en % de combien varie la consommation en %. Quand le revenu varie à n %.
Trois situations se présentent ou: E > 1, E = 1, E < 1
 On appelle biens inférieurs, les biens de consommations dont E < 1.
 On appelle bien supérieurs ou biens de luxes, les biens dont E > 1.
 On appelle biens neutres les biens dont E = 1.





























L'épargne
Définition:
On appelle épargne la part du revenu qui n'est pas consacrée à la consommation immédiate. Elle est mise en réserve pour les dépenses futures, on distingue:
 L'épargne des ménages.
 L'épargne des entreprises (ou épargne sociétaires), c'est la partie du bénéfices qui n'est pas distribue aux actionnaires.
 L'épargne publique: c'est l'excédent des recettes fiscales, on distingue l'épargne forcée et l'épargne libre.
• L'épargne forcée: résulte des incitation que les ménages dans leurs consommations: les impôts, les cotisations … qui accroissent l'épargne publique et diminuent RND des ménages.
• L'épargne libre ou volontaire: c'est les décisions librement prisent par les ménages sur plusieurs besoins: de liquidité, de protection, d'accroître un patrimoines.
Les différentes formes d'épargne:
 L'épargne stérile ou thésaurisation: c'est le cas lorsque le revenu non consommé est sous forme de billet ou affecter à des emplois non productifs.
 L'épargne active productive: lorsque les revenus économique non consommé sont consacrés à l'achat de titres immobiliers, dépôts bancaires dans l'espoir d'un intérêt (cette partie servira à l'investissement)
 La propension à épargne: elle exprime la propension du revenu consacré à l'épargne:

Propension marginale à épargner, elle consiste en l'accroissement d'épargne propager par l'augmentation du revenu au cours d'une période donnée.


Sachant que la fraction non consommé de chaque unité monétaire est recensement épargnée on a:
Propension marginale à épargner = 1 - Propension marginale consommer
Ou encore:
PME + PMé = 1












L'investissement
L'investissement est la création de bien de production ou d'équipement, il se réalise dans trois directions:
 Renouvellement d'installation usées ou techniquement dépassé ou de stock.
 Modernisation des équipements
 Création d'installations totalement nouvelles dans un secteur en expansion.
Il est fondé sur l'existence de l'épargne constituée: au préalable ou de façon concomitante (il fait appel au crédit bancaire)
1- Investissement endogène ou exogène:
Il est endogène cela signifie que la part de revenu R qui a été épargnée est convertie en investissement. Lequel à sont tour va provoquée une augmentation de revenu.

Se sont les épargnants qui permettent l'investissement, on parle aussi d'un investissement exogène.
2- L'effet multiplicateur de l'investissement:
L'investissement de remplacement étant destiné à conserver le potentiel de production, donc à maintenir le niveau de revenu. Il est logique de n'envisager l'investissement de modernisation que si le revenu doit augmenter davantage.
Soit K le multiplicateur d'investissement, tout accroissement de l'investissement se traduire par un accroissement plus grand du revenu:

On sait que R = C + E avec E = I
Or
En inversant ces 2 membres on aura:

: propension marginale à consommer
: propension marginale à épargner
Le multiplicateur d'investissement est égale à l'inverse de la propension marginale à épargner,1–e l'inverse du complément à 1 de la propension marginale à consommer.
3- Relation consommation, épargne et revenu:
On a vu que le partage en valeur relative du revenu disponible d'un agent, d'une catégorie ou de l'ensemble des agents en consommations et en épargne était mesure par des rapports appelles propensions.
Propension moyenne à épargner = 1 – propension moyenne à consommer.
En courte période les économistes s'accordent à apprécier les variations marginales de leurs consommations de l'épargne et du revenu disponible.
Propension marginale à épargner =
 Propension marginale à consommer
4- Relation épargne – investissement:
L'épargne de la nation est par conséquent en fraction du produit naturel net (revenu national + impôts indirectes) non affecter à la consommation.
Produit national net = consommation (privée = publique) + épargne
Dépense nationale nette = consommation + investissement
Epargne = investissement
Marchés et prix
1- Notion de prix:
Le prix est l'expression en monnaie de la valeur d'échange des biens, la monnaie et les prix sont des instruments complémentaires indispensables à la réalisation des échanges dans les économies où règne la spécialisation des taches. Les transactions dans les économies capitalistes, s'effectuent dans un espace appelé marché, c'est le lieu ou se rencontrent les demandes et les offres de biens économiques. Le prix est le résultat de la confrontation entre les demandeurs et les offreurs de leurs appréciations respectives sur la valeur des biens échanger.
2- Notion de marché:
Le terme marché peut recouvrir les acceptions suivantes: ce peut être:
 Le contrat d'échange à titre de revenu d'un bien considéré entre deux agents économiques.
 Le lieu de conclusions des échanges entre acheteurs et vendeurs d'un bien spécifique ou de catégorie des biens.
 L'ensemble d'offres et de demandes de ce même bien ou catégorie de ce bien spécifique à l'intérieure d'une aire géographique déterminée.
3- Types de marchés en fonctions de la nature économique des biens:
 Marché des biens de consommations finales:
• De bien durables.
• De bien non durables
 Marché des biens de consommations intermédiaires: dans un services de clarté, on distingue de manière générale 4 grands marchés à l'échelle macroéconomique:
• Le marché de facteurs de production: c'est celui ou se détermine la production nationale la demande et le niveau des prix.
• Le marché des facteurs du travail: ce marché du travail en est le plus important il permet de déterminer le niveau des salaires, l'emploi et par différence le chômage.
• Le marché des capitaux: c'est le lieu des transactions qui s'expriment en terme de prêts et d'emprunts, les offreurs, ce sont ceux qui détiennent des capitaux et qui les prêtent moyennant intérêts. Les demandeurs se sont essentiellement des entrepreneurs en quête de nouveau capitaux sous forme d'argent. En fonction de la durée du crédit,il existe 2 grands types de marché:
- Le marché monétaire: relatif au crédit à CT.
- Le marché financier.
Les formes mensuelles de ce marché se traduisent en termes d'action, d'obligation d'emprunt, c'est ce marché que s'établit le taux d'intérêt.
• Le marché des changes: il permet l'échange de la monnaie nationale contre l'ensemble des devises et la détermination des taux de charge (le Nbre d'unités de monnaie étrangers que l'on peut obtenir par unité nationale). Les éléments déterminants du prix sur le marché. L'offre et la demande constituent les éléments déterminants de la formation du prix sur un marché.









La demande au niveau macroéconomique
1- Définition:
La demande d'un bien particulier sur un marché est la quantité de ce bien que les utilisateurs ou consommateurs sont disposés à acquérir à un pris donnée. Généralement, en quantité demandée a un bien diminue lorsque le prix augmente, la variation du prix entraîne en effet une modification dans le plan d'emprunt du revenu de chaque consommateur.
La courbe de la demande qui exprime graphiquement la variation de la quantité de marché en fonction du prix de marché est décroissante.

La mesure de la réaction de la demande à une modification du prix est fournie par le coefficient d'élasticité.
2- Elasticité de la demande:
L'élasticité e d'une fonction Qa par variable P et le quotient de la variation relative de Qa par la variation relative de P.
Prix de l'unité: P1, P2
Quantité de demande: Qa1, Qa2
Elasticité:
L'élasticité de la demande par rapport au pris s'exprime par un Nbre négatif, puis à une augmentation des prix correspond une diminution des quantités de marché. L'élasticité est d'autant plus forte en valeur absolue qui en sensibilités de la demande est importante.
Le coefficient d'élasticité varie en valeur absolue:
 Si e = 0: la demande est insensible aux variation de prix on dit alors que la demande set inélastique. Ainsi les biens de premières versement ont par exemple une demande très faiblement élastique (unité verticale).
 Si e  : la demande est parfaitement élastique cette situation se traduit par une variation infini estimable du prix qui entraîne une variation infiniment grande des quantités (droite horizontale)
 Si e = 1: l'unité de coefficient traduit l'égalité des variation relatives des quantités et des prix. Un coefficient e > 1 est qualifiée de forte, e < 1 est qualifiée de faible.
La courbe dite iso élastique lorsque l'élasticité demeure constante en tous les points de la courbe.
La forme de la courbe dépend non seulement de la variable prix, mais également des revenus des consommateurs, ainsi les modifications des prix des autres biens, surtout s'il s'agit de bien de substitution (bière par rapport au vin). Ou de bien complémentaire (CD par rapport au micro). Influencent la demande de bien considéré. Enfin les variations du revenus totale ou de la dépense totale des demandeurs agissent plus ou mois sur le niveau des quantités demandées ou détermine alors l'élasticité de la demande par rapport au revenu.

L'élasticité permet de classer les consommations finales en 4 grands groupes:
 e = 0: très exceptionnel.
 0 < e < 1: la consommation augmente moins vite que le revenu (bien alimentaire)
 e = 1: la consommation augmente comme le revenu (habillement)
 e > 1: la consommation augmente vite que le revenu (les loisirs)
L'offre au niveau macroéconomique
L'offre d'un bien particulier sur un marché est la quantité de ce bien que les producteurs sont disposés à vendre à un prix déterminé. L'offre d'une firme ou d'un commerçant est d'autant plus grande que le prix sera élevé. L'offre de l'ensemble des producteurs sur le marché sera constituée par la somme des offres individuelles. La courbe d'offre croise croissante le prix.
1- La fonction de l'offre:
La fonction de l'offre exprime une relation entre la quantité offerte d'un bien donné et les facteurs principaux qui la déterminent mathématiquement:

: quantités offertes d'un bien a
Pa: prix de bien a
Pb, c…: prix des autres biens
Pk: prix des matières premières
T: facteurs qui influencent sur l'offre
2- Elasticité de l'offre:
Elle mesure la sensibilité de réaction de l'offre d'un bien suite à une variation des prix, le coefficient d'élasticité est égal à la valeur du rapport de l'accroissement relatif de l'offre à l'accroissement.

 e = 0: une offre parfaitement inélastique et rigide, l'offre ne réagit plus aux variations de prix, c'est le cas en courtes période, lorsque l'industrie intéressée à atteint le plein emploi du potentiel de production existant.
 e  : offre parfaitement élastique.
 0 < e < 1: l'offre est plus élastique ou relativement inélastique.
 e > 1: l'offre est relativement élastique.
Le volume offert par chacun des producteurs sera lier non seulement au prix s'établissant sur le marché ou prévisible, mais également à la forme des courbes de coûts, plus particulièrement celle du coût moyen dans la zone des rendements croissant et celle du coût marginale dans la zone des rendements décroissant.












Les liaisons entres échanges intérieurs et extérieurs
1- Les couvertures des importations:
C'est la mesure dans laquelle les importations d'un pays non couvertes par exportations au cours d'une période donnée. Elle exprime par taux de couvertures (Tc)

2- Les termes de l'échange:
Définition: de M. Bye
Les termes de l'échange sont un rapport qui exprime une relation d'équivalence entre quantité de produit ou facteurs affectée à l'exportation et quantité de produit ou facteurs obtenue par le pays de l'extérieur par voie d'échange.
Les relations économiques avec l'extérieures:
L'un des phénomènes ayant une influence certaine sur l'ennemie Algérienne est l'ouverture avec l'échanges internationaux, sa prochaine intégration à l'OMC et le développement incontournable de ses échanges avec l'UE, l'objet de cette partie est de présenter les prix d'analyse des relations d'une économie nationale avec le reste du monde.
Les échanges de marchandises:
Les échanges de marchandises sont les mouvements d'exportations et d'importations de bien donnant lieu à un règlement nouveau.
A- L'évaluation des mouvements de marchandises:
Les mouvements de marchandises sont en générale évaluer en FOB (Free ou bread) et sans tenir compte des frais de transport et d'assurance jusqu'à une période récente. Les exportations étaient évaluer en FOB et les importation en CAF (cour assurance fret)
La valeur original + coût de transport + coût d'assurance.
B- Les termes de l'échange s'écrivent:

Si B > 100: on tend à l'échanger plus cher qu'on ne l'à acheter  amélioration des termes de l'échange.
Un indice des prix est un rapport de valeur pour ainsi considérer la premières étant exprimer au prix courant, la seconde au prix de l'année de base:






RAMI20002000
Ensseatiste
Ensseatiste

Masculin
Nombre de messages : 11
Age : 29
Localisation : JIJEL
Pays :
Date d'inscription : 26/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum